Les Deux Mémoires

Histoire de l’Association

2007-2009

L’Association Les Deux Mémoires s’affranchit du cadre géographique initial de la Région Centre-France.
En Auvergne et dans les Vosges, elle part à la rencontre d’autres cultures et d’autres territoires afin de poursuivre de manière trans-régionale et européenne la sauvegarde et la transmission vivante du patrimoine immatériel des anonymes.


2006-2008

L’Association s’implante dans l’Indre – sixième département de la Région Centre. Pour la première fois de manière simultanée, elle lance son action à l’échelle de l’ensemble des 51 communes d’un pays contrasté et riche en traditions culturelles orales, le Pays de La Châtre en Berry.
Elle entreprend une collaboration étroite avec Accueil et Qualité en Pays de Nohant, une Association Culturelle et Touristique locale soucieuse de promouvoir avec George Sand, qui y naquit et Jacques Tati qui y tourna Jour de Fête, une vision européenne dynamique de la Culture.

Dans l’ Indre, les portraits individuels collectés sont destinés a enrichir le fonds audiovisuel du Pôle d’Excellence Rural que Sainte Sévère consacre aux nouvelles écritures.


2006-2007

Avec En douceur, dans le Bouchardais (Indre et Loire) une nouvelle direction mémorielle anime sa recherche celle de l’histoire des femmes en milieu rural.


2005

L’Association s’appuie sur des enseignants volontaires et initie pédagogiquement à travers des Ateliers – Mémoire des élèves d’école primaire et leurs proches au patrimoine immatériel (Sainte-Maure de Touraine – Indre et Loire) de leur région.

L’ensemble de la population devient activement partie prenante de la préservation de cette mémoire collective. Les adultes racontent, les enfants dessinent.

L’exposition qui en résulte accompagne ensuite les projections itinérantes.


2004

Dans une perspective de construction de l’histoire européenne, communauté de Communes après communauté de communes, l’Association poursuit progressivement la construction audiovisuelle des structures type pays (Pays du Chinonais-37, Pays Beauce Gâtinais en pithiverais-45)

Elle étend aussi ses actions à des structures territoriales et culturelles nouvelles :

  • Musées Nationaux (Écomusée du Véron – Indre et Loire)
  • Lieux de Mémoire (Maillé – Maison du Souvenir ­- Indre et Loire)
  • Parc Naturel Régional (PNR Loire-Anjou-Touraine ­- Maine et Loire)

A Maillé, la reconstruction de la Mémoire Collective de tout un village martyr aboutit simultanément à la création d’un film-événement de 90 minutes qui fera date dans la question du traitement des oubliés de l’histoire officielle et deviendra un des pôles de la Maison du Souvenir de Maillé.

Au même moment, certaines collectivités territoriales réalisent que la valorisation par l’image de leur patrimoine immatériel local peut les aider à contrebalancer un nivellement culturel menacé par les flux migratoires de nouveaux arrivants venant de l’Ile de France. (Nord du Loiret Pays Beauce Gâtinais en Pithiverais).

Un projet pluri-annuel voit le jour.


2003

« Chacun son Siècle » se pérennise : l’Association et ses bénévoles organisent tout au long de l’année, à la demande, des projections itinérantes gratuites sur grand écran afin de partager cette mémoire collective grâce à une animation de proximité exemplaire.

L’ Association tend les fils de la Mémoire Vivante de la Région Centre d’un bord à l’autre du territoire, voire au-delà, comme en Charente Maritime ou dans le centre de la Capitale (Paris – 4ème).
Sous l’impulsion des concepteurs-réalisateurs, les tournages-événements aboutissent désormais à deux types de créations documentaires :

  • Les portraits individuels (entre 2h30 et 3 heures).
    Ils constituent les archives audiovisuelles et sont projetés localement par les communes et les instances locales (bibliothèque, centre culturel, médiathèque, Musée) ou lors des fêtes (Noël, Chandeleur, Saint Hubert, 24 Juin…)
  • Un documentaire unitaire (50/60 minutes).
    Il reflète l’intimité du territoire et sert ensuite à animer celui-ci partout où les salles de cinéma ont disparu depuis longtemps.

Toute la différence entre une carte de visite à usage intime et une carte postale.

A l’issue des projections croisées d’un bord à l’autre de ses Différents départements, ce deuxième type de documentaire renforce concrètement le réseau « mémoire vivante » de la Région-Centre : les gens apprennent à s’ y connaître ou à s’y reconnaître. En Sologne on découvre l’ Indre, et en Touraine l’ Eure et Loir…

S’instaure un vrai dialogue entre réel et virtuel. Dans 4 fois Centre qui sort fin 2003, Spectateurs et acteurs se sentent appartenir à la même famille.


2002

« La France rurale, Qui s’en soucie ? C’est en ville que tout se passe ! »

Triste constat.
En réponse aux questions d’ identité que se posent les nouvelles structures, ­Pays, Communautés de Communes, Communautés urbaines, comme les plus anciennes, Musées, Bibliothèques, centres Culturels, Archives départementales, l’Association affine son dispositif afin de fédérer plus étroitement les populations autour de la valeur de leur patrimoine immatériel.

« Chacun son siècle » prend alors de plus en plus un petit air de « kermesse foraine ». Lorsqu’on plante décors, lumière et sono dans les salles municipales et que l’ on installe à côté une buvette à thème « Mémoire », c’est jour de fête pour les lieux que la Culture à désertés depuis longtemps.


2001

Lorsque l’Unesco recommande la sauvegarde du patrimoine immatériel des gestes, des savoirs et des savoir-faire qui font l’identité des peuples et des cultures, le groupe décide de fonder l’Association Artistique et Culturelle Les Deux Mémoires.

Son objectif sera notamment de poursuivre la collection Chacun son Siècle en valorisant à travers de véritables paysages humains le patrimoine immatériel des émotions, des savoir et des savoir-faire des contemporains les plus anonymes.

L’ action s’élargit au Cher, au Loiret et au Loir-et-Cher à travers Les Taiseux.

Sous l’impulsion des associations locales et d’un agent de développement qui y voit un moyen inédit de donner sa place à la culture en milieu rural s’associent aux tournages des expositions complémentaires d’artistes locaux : photographes, sculpteurs et peintres.


2000

Un groupe de sept professionnels issus du cinéma et de la télévision – producteur, metteur en scène, scénariste, directeur de la photo, ingénieur du son, script-girl et monteur, mettent leurs savoir-faire en commun pour réaliser dans le monde rural une forme d’évènement documentaire inédit.

A Sancerre, dans le Nord du Cher, ils imaginent et tournent le Numéro 0 de « Chacun son Siècle », une Collection audiovisuelle conçue par JOSIANE MAISSE et ROGER GUILLOT. Celle-ci est fondée sur la constitution volontaire par les habitants eux-mêmes de la Mémoire Vivante de leur territoire.

Design by C&YO!