Les Deux Mémoires

Interview de Josianne Maisse

« Le Noël de Danielle » est un reportage qui montre avec justesse, les différentes facettes du métier d’ASH. Nous voyons clairement dans ce reportage que le travail de l’ASH va servir à quelqu’un et à quelque chose : les ASH aident autrement qu’en faisant du bionettoyage.

noel-de-danielle

Rencontre avec Josiane Maisse, réalisatrice du film « Le Noël de Danielle »

Josiane MaisseL’histoire de l’humain est au cœur de la philosophie de Josiane Maisse. Diplômée de l’école normale supérieure, elle n’avait pas spécialement de connaissances approfondies dans le domaine des métiers du soin.
Elle s’est spécialisée dans les problématiques concernant les personnes âgées et la prise en considération de l’humain, il y a trois ans seulement.
Le domaine de la santé est aujourd’hui une étape de son parcours : une étape qui la passionne. Elle travaille actuellement au sein d’une équipe de professionnels de l’image et du son qui compte notamment un réalisateur de films de fiction. Cela permet de donner à ses films une patte et un rythme original.
« Le noël de Danielle », film consacré aux ASH, est sa troisième immersion en milieu hospitalier. Le point commun entre tous ses films : son intérêt pour les professionnels les moins gradés. Ces emplois de l’ombre forment selon elle la fondation humaine de l’hôpital. Ils sont peu visibles, mais ils permettent à l’édifi ce hospitalier de tenir en place.

Le manque de reconnaissance de ces « petites » professions constitue un réel problème social. Cela interroge les pratiques de la démocratie et la place des différentes professions dans la société.
A travers ses films, J. Maisse souhaite donc mettre en lumière des métiers, mais aussi l’éthique des professionnels de santé, l’attention à l’autre, et plus globalement, tout ce qui préserve la vie et le lien social dans de bonnes conditions. Cela est un point essentiel car les sociétés se structurent par le lien.

Ces métiers sont détenteurs d’une richesse : la richesse humaine. J. Maisse appelle cette richesse le « Care ». Le Care est un mot américain, mis en lumière par des féministes à la fi n des années 90. Ce phénomène qui prend de l’ampleur en occident, s’est développé dans d’autres pays du monde comme le Japon et le Brésil. La collection « Du cœur à l’ouvrage 2 » rend visible la problématique de la mise en oeuvre de l’éthique du care (ou attention à l’autre) dans les métiers du soin majoritairement exercés par les femmes et bien souvent encore trop peu reconnus à leur juste valeur.

Parce qu’il ne nécessite pas de diplôme particulier, le métier d’ASH est ouvert à des populations non diplômées.

Pour autant, ce n’est pas parce qu’il est ouvert à des populations non diplômées, que l’on ne doit pas considérer le métier d’ASH pour ce qu’il apporte aux patients. L’ASH n’est pas un exécutant : il a une part de responsabilité et d’inventivité. Cette inventivité peut s’exprimer à condition que la hiérarchie le permette. Dans « Le Noël de Danielle », J. Maisse filme un homme et une femme, pour montrer que ce métier n’est pas dévolu exclusivement aux femmes. Les hommes sont autant capables d’attention et de douceur envers les malades que les femmes. Ainsi, tout son documentaire est centré sur Omar, Catherine et Isabelle qui nous ouvrent les portes de leur métier au sein de l’USP.

Interview paru dans le magazine de l'Hôpital de Saint Denis, "Entre nous", de septembre 2013

Design by C&YO!